Mathieu Laine

  • Infantilisation

    Mathieu Laine

    Pourquoi la France est la seule grande démocratie au monde à avoir exigé, sauf à être verbalisé, de cocher une case pour tout « déplacement bref, dans la limite d'une heure quotidienne et dans un rayon maximal d'un kilomètre autour du domicile, liés soit à l'activité physique individuelle des personnes, à l'exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d'autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie » ?
    Pourquoi la France est-elle le seul pays où une cellule interministérielle a eu à trier, en pleine crise sanitaire et face à la crise économique la plus dramatique depuis la deuxième guerre mondiale, entre les fours et les poêles, les pierrades et les tables de cuisson, les assiettes et le linge de maison, pour décider si ces biens étaient « essentiels » ou « non essentiels » afin de bâcher, par souci d'égalité, les rayons des supermarchés proposant ce que, comme Tartuffe face au sein de Dorine, l'État ne saurait voir ?
    Pourquoi la France, pays des Lumières, est l'un des seuls pays en Europe à avoir qualifié le livre de « produit non essentiel » au moment même où elle était à nouveau attaquée par l'obscurantisme ?
    Pourquoi la France, dont les dirigeants déclament régulièrement leur passion pour les territoires, finit toujours par donner à quelques-uns, à coups de décrets et de circulaires, le pouvoir de décider pour tout le monde, de manière unilatérale et verticale, sans jamais nous imaginer capables de décider par nous-mêmes ?
    On peut critiquer le pouvoir en place mais le mal est plus profond. Cette fièvre bureaucratique, technocratique et centralisatrice qui a, bien plus qu'ailleurs, frappé la France au moment de lutter contre la pandémie du Covid-19 ne fait que révéler notre propension malsaine, depuis des décennies et peut-être plus encore, à infantiliser les Français. Une infantilisation rampante, soutenue par une propension croissante de la population, par un État Nounou s'immisçant sans limite dans nos vies. Mais à trop nous étouffer, à trop nous contrôler, cette culture de la défiance nous éteint et nous brise.
    Ce court essai, comme un cri de liberté, invite à une vaste levée d'écrou. Pour respirer enfin. Pour récupérer ces pouvoirs qu'on nous a confisqués. Pour recouvrer, avec le goût du risque et l'envie de conquête, tout ce qui fait le sel et le bonheur de la vie. Puisse cette épreuve de réduction drastique de libertés dont on mésestimait parfois l'importance nous inviter à nous arracher aux fers en apparence confortables d'un État dont on attendrait tout. L'appel est d'importance. Car des barbelés peuvent finir par pousser le long des blancs barreaux d'un parc à bébé. Choisissons vraiment la Vie : parions sur la Liberté. Avant qu'il ne soit trop tard.

  • Les civilisations ne doivent jamais s'endormir sur leurs acquis. Pas plus qu'un autre, le monde libre et ses fondamentaux ne sont à l'abri. S'ils succombent, ce sera de nos propres failles, de nos déviances idéologiques, de notre lâcheté aussi. Pour éviter le pire, il est urgent de nous lever et de réveiller nos consciences.
    Il n'y a pas d'alternative. Il nous faut sauver le monde libre. L'aider à se réinventer, faire de ses vertus oubliées et des apports de la modernité le socle d'où s'élèvera notre destinée commune. Replacer, au coeur de toutes nos décisions, la solidarité et le souci de toutes les personnes humaines. Refonder notre pacte commun et revisiter nos identités à l'aune de ce qui doit toujours prévaloir, y compris face aux grands défis de notre temps : la liberté.

  • La liberté est première. Remède aux tyrannies politiques, aux déterminants sociaux, aux maladies de l'âme comme aux dérives sectaires, elle nourrit la droiture, la volonté, le beau geste, l'optimisme. Grâce à elle, moteur de l'innovation, rien n'est jamais perdu : c'est lorsque l'Homme est libre qu'il devient, à jamais, notre dernière chance.
    Exigeante, la liberté est aussi la meilleure voie pour devenir ce pour quoi l'on est fait. L'amour de la liberté est au coeur du progrès humain. Elle est la valeur incontournable, la condition première du bonheur. On ne peut vivre sans elle. On peut mourir pour elle. Même si, de nos jours, on l'oublie trop souvent.
    Si la France a fait naître d'illustres amoureux de la liberté, nul ne peut nier qu'elle entretient, avec elle, des sentiments mêlés. Cet ouvrage est donc une invitation à redécouvrir, à déguster, à choyer, à chérir, à défendre et, pourquoi pas, à réinventer notre si précieuse liberté, sans laquelle plus rien n'aurait de saveur, d'ampleur ni de valeur.
    Quelques entrées, à titre d'exemple : Brassens (Georges) - Bourgeois (Louise) - Créateurs et innovateurs - Delacroix (Eugène) - Eluard (Paul) - Houellebecq (Michel) - Infantilisation - La Fontaine (Jean de) - Liberté d'expression - Molière - Nationalisme - Revel (Jean-François) -  Tocqueville (Alexis de) - Vie privée.
     

  • La victime est devenue la meilleure amie de l´homme politique. A l´heure où l´Etat providence ne fait plus recette, les politiques élargissent leurs champs de compétences à des sujets consensuels et rassembleurs. Ils nous promettent la construction d´un monde propre et transparent, durable et solidaire, vouant un culte absolu à la vie et interdisant l´intolérance, les insultes et la bêtise. Même la morale semble avoir été nationalisée !
    L´Etat nounou, qui nous borde et nous observe, est tout puissant, doux et attentif, toujours présent pour combler les aléas de la vie. Au-delà d´exemples caricaturaux et souvent comiques (va-t-on bientôt voir apparaître, sur nos barres chocolatées, que « le sucre fait grossir » ou, sur le fronton des maternités, que « naître fait mourir » ?), c´est le destin de la société toute entière qui est en jeu.
    Nous sommes bel et bien entrés dans l´ère de la tyrannie douce, dans cet espace rose bonbon qui brise les énergies individuelles en refusant le risque, écarte les réformes audacieuses pour préserver son image et fait fuir les talents vers des cieux plus cléments. Si le fameux « modèle social français » est aujourd´hui en faillite, c´est parce qu´il est fondé sur le mythe de la Grande Nurserie, un système destructeur dont nous pouvons sortir en faisant à nouveau, fidèles à la tradition des Lumières, le pari de la responsabilité. Parce que la responsabilité, nous avons tous à y gagner!
    Préface de Charles de Croisset, vice-président de Goldman Sachs Europe

  • Souvenez-vous : il fut un temps où l'on pouvait fumer une cigarette dans un bar en buvant un café crème ; où l'on pouvait rouler à 51 km/h en ville sans subir aussitôt la foudre d'un radar; un temps où Tintin au Congo n'était pas mis à l'isolement; où personne n'aurait osé effacer la pipe de M. Hulot sur l'affiche du célèbre film de Jacques Tati ; où aucune loi n'imposait un CV anonyme aux entreprises ; où aucun plan de vidéosurveillance ne prévoyait, comme aujourd'hui, de tripler le nombre de caméras en deux ans; où aucune mise en garde à l'intention des femmes enceintes ne figurait sur les bouteilles de vin... C'était hier. L'esprit de précaution et le vent de l'infantilisation n'ont, depuis, cessé de souffler. L'Etat nounou, qui nous borde et nous observe, est tout-puissant, doux et attentif à combler les aléas de la vie. En nous prenant pour des enfants, il construit chaque jour davantage la ' Grande Nurserie ' dont nous ne pourrons bientôt plus nous échapper. A moins de refaire, d'urgence, le pari de la responsabilité. Le destin de noter société est en jeu.

  • L'homme libre

    Mathieu Laine

    Pascal Salin est l'un des grands économistes de notre temps. De renommée internationale, c'est aussi un grand philosophe et un grand moraliste. Auteur d'ouvrages de référence, il a, par ses nombreux écrits et au cours de son enseignement, approfondi la science de l'Homme et profondément renouvelé la défense de l'Homme libre et responsable.

    Rassemblant 41 contributions d'auteurs du monde entier, dont le prix Nobel Gary Becker, Raymond Boudon, membre de l'Institut, des anciens ministres comme Alain Madelin ou Antonio Martino, des économistes de renom appartenant à la prestigieuse Société du Mont-Pèlerin, comme Lord Harris of High Cross, Victoria Curzon-Price, Jesus Huerta de Soto ou Jacques Garello, des philosophes comme Antony de Jasay, Chantal Delsol, Hans-Hermann Hoppe ou Alain Laurent, ces Mélanges, dirigés par Mathieu Laine et Guido Hülsmann et ordonnés autour du thème de l'Homme libre, offrent une variété de regards de très haut niveau sur les grands enjeux contemporains : sécurité et liberté, rationalité de l'individu, liberté d'expression, interventionnismes et individualisme, liberté monétaire et bancaire, réforme et concurrence fiscale, méthodologie des sciences sociales, médias et économie de marché, égalité et responsabilité, morale individuelle et morale universelle, la notion de guerre juste, libéralisme et socialisme, christianisme et éthique, libéralisation de l'Afrique, immigration juive aux États-Unis, etc.

  • Post politique

    Mathieu Laine

    • Lattes
    • 14 Janvier 2009

    la politique se meurt. la loi s'est égarée dans les détails. les idées ont quitté la scène, laissant la place au pragmatisme et au court-termisme médiatique. concurrencé de toute part - marché, mondialisation, instances internationales, europe - le politique privé de moyens ne peut plus prétendre être, demain, ce qu'il était hier. loin de le démentir, la crise financière révèle son agonie. le politique joue les gros bras, mais le vent a remplacé les muscles : mobiliser autant d'argent public virtuel pour « sauver les banques » le prive, de fait, d'une quelconque marge de manoeuvre budgétaire. l'état est moins que jamais capable de nous sauver, malgré ses vieilles recettes rassurantes mais périmées. croire que le politique est notre sauveur alors qu'il est lui aussi responsable de l'effondrement actuel, ajoute au paradoxe. la redistribution a échoué, il lui reste l'hyper-règlementation impulsive, qui peut faire pire que le mal, et un retour durable aux manettes de l'économie, qui annonce de grands dérapages. si le xxe siècle a vu triompher le politique, le xxi e siècle sera post-politique. dans un nouveau contexte de cette société de la connaissance, multipolaire et horizontale, que peut il vraiment ? loin de réduire le politique à néant, cette nouvelle donne est l'occasion unique pour lui de se réinventer et de rendre sa place à un pouvoir oublié : celui de chacun d'entre nous à maîtriser sa vie et à ne plus tout attendre d'un politique impuissant. saisir cette tendance lourde, ses implications et l'avenir qu'elle nous réserve, tel est l'objectif de ce livre. en savoir plus sur www.postpolitique.com

  • Une oasis au milieu du désert. Y vit un tout petit peuple de cinq personnes, quatre musiciens et un roi très peu mélomane. Les instrumentistes jouent ensemble du matin au soir et sont heureux. Mais un jour, leur souverain, jaloux, interdit toute pratique musicale, provoquant ainsi la désolation. Il faudra la visite d'un voyageur et sa rencontre amoureuse avec une nomade pour que la musique revienne dans le royaume et y triomphe à jamais !

  • C'est l'histoire d'un roi bougon, autoritaire et jaloux qui régnait sur un tout petit peuple de musiciens. Sauf que lui... détestait la musique ! Et comme il était le roi, il décida d'interdire à ses sujets de jouer la moindre note.
    Mais comment vivre sans musique ?

    L'histoire poétique de Mathieu Laine, les mélodies délicates et attachantes de Karol Beffa, les dessins malicieux de Louis Thomas illustrent merveilleusement le pouvoir de la musique. La voix de Patrick Bruel incarne avec justesse et sensibilité cette belle aventure.

  • Décennie après décennie, la France paraît toujours plus bloquée. Elle semble aux prises avec une terrible fatalité. Ce constat, chacun l'a éprouvé, nourrissant le pessimisme, la nostalgie et, pour certains, la tentation de l'extrême.
    Les auteurs, ne pouvant s'y résoudre, ont entrepris une enquête inédite, puisant dans plus de mille ans d'histoire, dans ce qui fait la psychologie de la France et des Français, dans leur génie comme dans leurs dénis.
    Parce qu'il fallait dépasser les explications simplistes, sortir du temps court pour faire reparler le temps long, ils ont mobilisé, avec pédagogie, rigueur et enthousiasme, des connaissances multi-disciplinaires : l'histoire, bien sûr, mais aussi la littérature, la philosophie, la sociologie, l'évolution de nos institutions, notre rapport à l'économie, aux religions, aux autres, au monde.
    En décryptant ainsi notre ADN, on découvre combien l'exceptionnalité de l'Etat à la française remonte aux origine de notre pays, au rôle fondateur des capétiens, unissant par le haut une France bigarrée devenue un Etat avant même d'être une nation. En croisant nos « grands hommes », Saint Louis, Louis XIV, Napoléon, de Gaulle, la perpétuation d'un rapport particulier à la réforme et au pouvoir central se fait jour.
    L'idée n'est pourtant pas de sombrer dans le fatalisme. Bien au contraire, au-delà de l'intérêt propre de mieux nous connaître collectivement, cette plongée passionnante dans la concordance des temps nous offre les clés du sursaut français.

  • La France n'est pas cette vieille femme sénescente en route vers le déclin que l'on nous décrit si souvent. C'est une jeune et belle adolescente, pleine de potentiel, à qui l'on ne sait pas parler. La France, les Français, voient leur corps changer, regardent les autres avec méfiance, se demandent qui ils sont vraiment, doutent d'eux-mêmes, sont épuisés, ne veulent plus travailler, se referment sur eux-mêmes, refusent le dialogue, jouent les victimes, sont tentés par la révolte comme par l'immobilisme, écoutent leurs mauvaises fréquentations, s'adonnent aux sensations extrêmes et jouent à se faire peur. Si notre crise est une crise d'adolescence, réjouissons-nous ! Car on en sort ! Le psychiatre spécialiste de l'adolescence Patrice Huerre et l'essayiste et conseiller en stratégie Mathieu Laine posent leur diagnostic et livrent des remèdes à notre portée, emplis de bon sens, de justesse et d'optimisme.
    À l'opposé de l'assistance respiratoire et de l'acharnement thérapeutique qu'on nous inflige sans cesse. Un livre pour vivre mieux, qui fait sourire et espérer, et qui nous en apprend autant sur l'adolescence que sur notre époque et surtout, sur nous-mêmes !

empty