Radhika Jha

  • Radhika Jha saisit des instants de vie au moment où, comme en suspens, les certitudes vacillent avant de basculer. Passant de la comédie à l'italienne, avec conversations surprises derrière des paravents et quiproquos en cascade, à la sensualité d'un tableau de genre, ou au drame, dans des textes savoureux et brillants d'intelligence.

    Ajouter au panier
    En stock
  • L'odeur

    Radhika Jha

    Quand son père est tué dans une émeute au Kenya, la vie de Lîla change de cours : elle quitte les grands espaces africains pour un appartement exigu en banlieue parisienne chez des parents qui mènent une vie d'exilés repliés sur eux-mêmes, entre le ménage à la maison et les épices de la boutique indienne de son oncle. Un soir, seule dans les rues de Paris, elle commence l'apprentissage de la vie.
    Faute d'amour et de visa, elle va d'amants en infortunes et de succès en revers professionnels, dans un parcours chaotique aux rencontres déroutantes. Avec pour seul repère la singularité de son odorat qui fera merveille dans l'art culinaire et qui, peu à peu, colorera les moindres moments et émotions de son existence. Elle suivra avec son nez un univers d'arômes, de parfums et de sensualité jusque dans les péripéties de sa vie amoureuse. Et ce don qui est aussi une malédiction deviendra la clé d'une nouvelle découverte de soi et du monde.
    "Jamais depuis Le Parfum de Patrick Süskind, un écrivain n'avait réussi à explorer avec autant de maestria le monde méconnu des effluves." Valérie Colin-Simard, Elle.

  • Delhi noir

    Radhika Jha

    Guide de voyage alternatif, Delhi Noir permet de (re)découvrir ce géant asiatique sous la plume de 14 auteurs locaux, chacun livrant une nouvelle noire inédite sur le quartier qu'il a choisi. Découvrez ainsi : - Ashram vu par Omair Ahmad - R. K. Puram vu par Nalinaksha Bhattacharya - l'université de Delhi vue par Siddharth Chowdhury - Lodhi Gardens vu par Radhika Jha - Nizamuddin West vu par Ruchir Joshi - Jantar Mantar vu par Tabish Khair - Defence Colony vu par Palash K.
    Mehrotra - l'Inter State Bus Terminal vu par Meera Nair - Bhalswa vu par Manjula Padmanabhan - Rohini vu par Uday Prakash - Green Park vu par Hirsh Sawhney - Delhi Ridge vu par Irwin Allan Sealy - Paharganj vu par Mohan Sikka - Gyan Kunj vu par Hartosh Singh Bal Nouvelles traduites de l'anglais (Inde) par Sébastien Doubinsky.

  • On la croît japonaise maîs ne nous y trompons pas, Radhika Jha est indienne Son roman se déroule pourtant a Tokyo ou son héroïne, Kayo, mène une vie banale avec mari et enfants, quand sa mère lui lègue une grosse somme d'argent Bien décidée a profiter de ce magot elle devient une acheteuse compulsive de vêtements de marque Jusqu'à ce qu'il ne lui reste plus rien Criblée de dettes, elle doit se prostituer Critique acerbe du culte de la beaute et du luxe, l'auteure offre un portrait inattendu d'un Japon qui ne ressemble en rien a ce qu'on imaginait.
    Du même auteur, L'Odeur, L'Éléphant et la Maruti, le Cuisinier, la belle et les dormeurs, Des lanternes à leurs cornes attachées.
    />

  • Trois fictions sur le Delhi d'aujourd'hui. Trois histoires où s'entrelacent les destinées de Kishan l'électricien, Shibu le lépreux, la plantureuse et scandaleuse Barra, reine de toutes les fêtes, Kishore le gardien de parking et sa femme Sushila qui, en triant les ordures pour vivre, conserve précieusement chaque jour un papier d'une couleur inconnue, et bien d'autres encore. La force d'attraction qui les lie tous ensemble, c'est Delhi, étranglée par la circulation, étouffée de pollution, la ville de tous les possibles, celle qui offre sa chance à chacun de ceux qui viennent s'y réfugier. Une ville en pleine fermentation, où se condensent toutes les contradictions de l'Inde : aussi vivante et explosive que peut l'être la rencontre entre une petite Maruti 800 et un éléphant.

  • Une vache surgit de la forêt. C'est le début d'une grande histoire d'amour qui va faire de l'humble Ramu et de sa femme Lakshmi les sauveurs de leur village. « Sous la plume épicée de Radhika Jha jaillit le folklore de l'Inde, l'insolite en couleur, un régal d'allégresse » (Point de vue). "Un humour à la fois cruel et tendre. Une vraie réussite » (Livres Hebdo).

  • Un cuisinier italien établi à Genève, qui accomplit des prodiges d'art culinaire, sent monter autour de lui un climat de défiance, voire d'hostilité, au sein même de sa famille. Une jeune fille, éblouie par une camarade de classe, la regarde profaner sa beauté en posant pour un photographe. Un fonctionnaire tatillon, envoyé en mission au fin fond de la campagne indienne, découvre un village hagard, miné par des conflits entre hindous et chrétiens, et fait la connaissance d'un prêtre diaboliquement retors.
    Radhika Jha saisit des instants de vie à ce moment, comme en suspens, où les certitudes vacillent avant de basculer. Passant de la comédie à l'italienne, avec conversations surprises derrière des paravents et quiproquos en cascade, à la sensualité d'un tableau de genre, ou au drame, dans des textes savoureux et brillants d'intelligence. Son univers cosmopolite possède la grâce, la précision et la richesse de variations de l'Odissi, cette danse de l'Inde qu'elle pratique avec autant de maîtrise que l'écriture.

  • Trois fictions sur le delhi d'aujourd'hui.
    Trois histoires où s'entremêlent les destinées de kishan l'électricien, shibu le lépreux, la plantureuse et scandaleuse barra, reine de toutes les fêtes, kishore le gardien de parking et sa femme sushila qui, en triant les ordures pour vivre, conserve précieusement chaque jour un papier d'une couleur inconnue, et bien d'autres encore. et la force d'attraction qui les lie tous ensemble, c'est delhi, la capitale étranglée par la circulation, étouffée de pollution, mais aussi la ville de tous les possibles, celle qui offre à chacun sa chance, une terre d'espoir pour ceux, innombrables, qui viennent s'y réfugier.
    Radhika jha raconte cette ville en pleine fermentation, où se condensent toutes les contradictions de l'inde : aussi vivante et explosive que peut l'être la rencontre entre une petite maruti 800, la voiture préférée des conducteurs de delhi, et un éléphant. beauté et cruauté, la formule secrète de radhika jha (rosita boisseau, le monde).

  • Ce triptyque se situe dans Delhi ou ce qui le caractérise : la circulation sans cesse congestionnée, les jeunes professionnels courant derrière le temps et leurs ambitions, les jeunes femmes s'efforçant de trouver leur
    place dans une société en pleine mutation, celle de la "Shining India" du XXIe siècle. Dans un style incisif et souvent narquois, qui n'exclut pas l'empathie, l'auteur en brosse un tableau insolent en composant une délicieuse galerie de portraits.
    Le Mariage :
    L'héroïne de cette histoire est invitée au mariage d'une personne qui lui semble inconnue. Lentement la trame s'oriente vers une ancienne amie de classe, qui a fait la une des journaux de Delhi, pour ses attitudes fantasques, voire scandaleuses, au Polo Club ou au Blues Bar. La cérémonie a lieu à la
    campagne, ce qui permet une description amusante de la venue des
    citadins "branchés". Le texte est servi par une écriture nerveuse, parfois tendue. L'Espoir : Quel espoir peut-on nourrir dans une ville comme Delhi, surtout quand on est pauvre et/ou atteint des pires maladies ? Le narrateur, fait parler les gens et essaie d'en tirer de petites certitudes. Un plombier, un lépreux, et d'autres encore parmi les hordes qui viennent chercher une chance dans la mégalopole, racontent leurs histoires. L'ensemble forme un tableau fouillé, et pas aussi noir qu'on pourrait l'attendre, des habitants de la ville. Le ton est précis, souvent touchant, nuancé d'un sens du grotesque qui n'est pas sans rappeler Flannery O'Connor. L'Éléphant et la Maruti est un
    morceau de bravoure sur la congestion de la circulation à Delhi. Le
    récit s'intéresse d'abord à une femme d'âge moyen, au volant de sa
    petite voiture, avec ses déboires au quotidien. Puis l'intrigue se
    déplace vers la vie de Kishore, gardien de parking et victime de
    policiers mafieux, alors que sa petite femme, Sushila, continue de trier
    les ordures dans leur bidonville. Une fin inattendue, avec un méchant
    "coup de patte" à une femme anglaise en mal de sensations esthétiques,
    clôt ce texte.

empty