Documentation Francaise

  • Quand la Première Guerre mondiale éclate, la France est déjà un pays d'immigration. Les étrangers, dont les situations sont très contrastées, sont immédiatement et durablement affectés. Mais la guerre provoque aussi l'arrivée de centaines de milliers de soldats et de travailleurs, recrutés dans les pays limitrophes ou dans les colonies pour combler les besoins humains devenus considérables.
    Cet ouvrage analyse l'histoire peu connue de ces étrangers aux statuts et aux origines très divers, mais aussi leurs relations avec les armées et la société française. L'après-guerre hérite de la mise en place d'une politique racialiste qui se déploie notamment dans le monde du travail.

  • Contrairement aux idées reçues, l'histoire de l'immigration algérienne en France n'est pas récente.
    Son origine s'inscrit dans le contexte de la colonisation dès le milieu du XIXe siècle. Mais sa particularité au regard des autres migrations est de doubler pendant la période de la guerre d'indépendance. La structuration et l'enracinement de cette communauté s'inscrivent dans ce paradoxe : les immigrés algériens arrivent en métropole qui mène " cette guerre sans nom " contre leur patrie. Le conflit colonial de 1954 à 1962 va donc s'imprimer durablement dans l'opinion française, laissant sa trace dans les représentations de cette immigration jusqu'à aujourd'hui.
    Cet ouvrage présente les étapes et les modalités d'une histoire encore peu connue.

  • Succédant à la première migration médiévale, la migration militaire polonaise du XVIIIe siècle a annoncé une autre migration de Polonais désireux de combattre, au sein des armées françaises, pour leur pays alors occupé par des puissances étrangères. Ces officiers polonais ont créé au fil des décennies des réseaux de résistance et de réflexion un peu partout en Europe, pour sauver l'idée de la nation polonaise. De ce choix idéologique, est née une émigration plus politique, à partir des années 1830, relevant d'une typologie plus révolutionnaire, pour aboutir, notamment, à la participation des Polonais vivant encore en France à la Commune de Paris. Cette synthèse des relations franco-polonaises au XIXe siècle permettra de mieux comprendre les liens entre la France et la Pologne.

  • En ce début du XXIe siècle, la présence durable en France d'une population musulmane questionne la notion d'un « islam de France » ancrée dans la vie du pays et occupant une place légitime dans la société française et son paysage institutionnel.Cet ouvrage propose un bilan des connaissances acquises depuis une décennie et analyse ce qu'elles révèlent de la réalité de l'islam en France, de ses legs du passé et de son institutionnalisation. Il permet de comprendre les orientations du débat public sur l'islam, que celles-ci soient induites par des phénomènes propres à l'islam et au monde musulman ou bien qu'elles découlent de certains processus à l'oeuvre dans la société française.Jacques Barou : Directeur de recherche au CNRS (PACTE/IEP de Grenoble), il enseigne à l'Institut d'études politiques de Grenoble et à l'université Lyon 2. Anthropologue et sociologue, il a antérieurement publié L'Europe,

  • Après un rappel historique, ce document dresse un bref état des lieux du racisme, de l'antisémitisme et des discriminations en France, ainsi que des moyens de lutte mis en oeuvre par les institutions de la République et la société civile. Un document utile, alors que la prolifération des discours de haine et des actions stigmatisantes ainsi que la persistance des préjugés prouvent chaque jour qu'il reste un long chemin à parcourir pour combattre le racisme sous toutes ses formes.

    Après un rappel historique, ce document dresse un bref état des lieux du racisme, de l'antisémitisme et des discriminations en France, ainsi que des moyens de lutte mis en oeuvre par les institutions de la République et la société civile. Un document utile, alors que la prolifération des discours de haine et des actions stigmatisantes ainsi que la persistance des préjugés prouvent chaque jour qu'il reste un long chemin à parcourir pour combattre le racisme sous toutes ses formes.

  • La France s'est engagée dans un nouveau modèle énergétique. Il s'agit de réduire les émissions de gaz à effets de serre, en mobilisant différents secteurs économiques dont celui des transports. Mais sous le prisme du développement durable, l'enjeu en termes de transport est également sociétal. À une époque où la demande de mobilité des personnes est de plus en plus complexe, répondant à une évolution des modes de vie mais aussi de l'offre technologique, il convient d'être particulièrement attentif aux dynamiques d'inégalités en matière de mobilité, particulièrement lorsque l'on considère la population des seniors, qui augmente à un rythme inédit. Cette étude doit contribuer au développement des connaissances sur les comportements et les attentes de mobilité des seniors, et permettre de dessiner les évolutions des systèmes de transport qui sont nécessaires pour satisfaire leurs besoins de participation à la vie sociale.

  • De par l'ampleur des déplacements qu'il implique, l'étalement urbain est désormais devenu l'un des maux des sociétés modernes. Chronophage et dispendieux, ce mode d'habitat ne répond plus aux critères de développement durable. Pour pallier ces inconvénients, il conviendrait de mettre en oeuvre une véritable cohérence entre les politiques de transports et les politiques d'urbanisme. Le présent ouvrage tente d'indiquer des pistes d'action concrètes qui intégreraient mieux ces différents paramètres.

  • Les performances de l'offre logistique ont fait un bond considérable en quelques décennies. Avec une puissance de développement et un degré de compétition qui laissent peu de prise aux actions publiques correctives, elles engendrent des dégâts environnementaux et sociétaux croissants ; Pour sortir de l'impasse entre la demande soutenue et offre non soutenable, cet ouvrage, qui s'appuie sur une toute première série de travaux de recherche (entre Europe et Amérique du Nord) , propose un nouveau concept d'organisation globale de la logistique : l'Internet Physique.
    A l'instar de l'Internet numérique (l'Internet commun, celui qui véhicule des données), il s'agit de connecter et de synchroniser tous les réseaux de prestations logistiques pour constituer le réseau des réseaux physique, coopératif et résilient, capable d'optimiser en continu l'expédition d'envois matériels « encapsulés », de toute nature et de toute taille :
    -dans le respect des demandes-client, -en optimisant à la fois l'économie des opérateurs et l'économie client, -en minimisant l'empreinte environnementale, -moyennant des protocoles de routage, des standards d'interopérabilité et de traçabilité, des règles de rémunération, des mécanismes de compensation et de nouvelles configurations métier.
    Au-delà de l'analogie avec l'Internet immatériel, cet ouvrage explore le concept dans sa richesse et dans ses limites. Il en ébauche les constituants premiers, propose des cadres de spécification et d'analyse, pointe les dimensions encore en friches. Et surtout, à partir de simulations fondamentales, confirme la perspective de gains majeurs, à la fois économiques et environnementaux.une conjonction rare.

  • Si on observe une amélioration de la sécurité routière, l'effort doit être poursuivi en matière de de qualité et des systèmes de transport. Les axes de recherche concernent : la gestion et les mobilités du trafic ; l'accessibilité aux personnes handicapées, l'ergonomie et le confort ; la sécurité et la fiabilité dans le domaine ferroviaire et routier ; la cohabitation d'usagers et de véhicules de plus en plus divers. Si les progrès technologiques offrent aujourd'hui beaucoup de solutions, ils doivent être encadrés, à des fins de réalisme, par des analyses économiques et des expertises d'usage. Les annexes présentent notamment, sur ces questions, quelques projets européens. Cet ouvrage est un document d'orientation de la recherche. Il intéressera tout particulièrement les professionnels des transports mais aussi les urbanistes les élus et le secteur associatif, qui y trouveront tous matière à réflexion.

  • Programme de recherche et d'innovation dans les transports terrestres (PREDIT)

  • Le péage urbain revient sur le devant de la scène avec le succès apparent du péage du centre de Londres et la mise en route du péage de Stockholm : on ne compte plus, en Europe et dans le monde, le nombre de villes qui l'envisagent ou l'ont envisagé. Cet ouvrage fait le point sur une question, entrée dans l'actualité grâce aux possibilités offertes aujourd'hui par le péage électronique, après avoir agité le petit monde des économistes depuis près d'un siècle. Schématiquement, il peut y avoir deux motivations essentielles au péage urbain, l'une étant de maîtriser les flux de circulation automobile, l'autre de recueillir des fonds pour développer les infrastructures et services de transport (routier ou non). Plusieurs questions se posent alors. Quels arguments ont à faire valoir les économistes pour se lancer dans cette aventure politiquement risquée ? Est-ce faisable techniquement ? Quelles sont les applications réussies, comment et pourquoi cela marche ? Comment ces programmes ont-ils été acceptés ? Seraient-ils applicables en France ? Telles sont les questions auxquelles cet ouvrage apporte des réponses, tout en passant en revue des cas emblématiques, à savoir Londres, Stockholm, Singapour, la Norvège, Les États-Unis puis la France.

  • Le développement continu de l'urbanisation s'accompagne d'une augmentation des déplacements automobiles et d'une extension des fonctions urbaines en périphérie, ces deux tendances se confortant mutuellement.
    Dans ce contexte, faire la promotion des modes " de locomotion qui se fondent sur l'énergie métabolique de l'homme " : marche, bicyclette, roller... et même celle des transports publics, peut aller à contre-courant de ce qui apparaît à certains comme des tendances " lourdes ". Mais le développement de la périurbanisation et la prépondérance de l'automobile génèrent des problèmes sociaux et de graves nuisances.
    Dans ce contexte, les modes de proximité ne doivent-ils pas plutôt être considérés comme des maillons essentiels pour la constitution d'une véritable alternative à l'automobile ? Approfondir ces questions a été le premier objectif que s'est fixé. dans le cadre des " Recherches stratégiques " du Prédit, le groupe " déplacements non motorisés " présidé par Michel Gilbert, ancien adjoint au maire de Grenoble, et animé sur le plan scientifique par Jean-René Carré, chercheur à l'Inrets.
    Cet ouvrage présente une synthèse des travaux de recherche Suscités par le groupe " déplacements non motorisés ", dont certaines sont encore en cours. Il fait également référence à des travaux connexes réalisés dans le cadre d'autres groupes thématiques du Prédit. Le Prédit est un programme de recherche et d'innovation dans les transports terrestres à l'initiative des ministères chargés de la Recherche.
    Des Transports, de l'Industrie, de l'Environnement, de l'Ademe et de l'Anvar. Lancé en mars 1996 pour une durée de cinq ans, il doit répondre à des objectifs ciblés vers les attentes des usagers, la préservation de l'environnement et la compétitivité économique des entreprises du secteur.

  • Depuis plusieurs années, la recherche s'efforce d'analyser les raisons de la dépendance à l'égard de l'automobile et d'évaluer les moyens d'action et les politiques au regard de ces analyses.
    L'auteur fait ici le point sur les travaux engagés et sur leurs résultats.

  • La question des cultures immigrées apparaît d'abord comme une question sociale : dans les années 1960, on parle d'abord d'une immigration de travail qui véhicule une culture et un « folklore ». Puis apparait une certaine fascination pour le pouvoir créateur et artistique des cultures « métissées », à travers la génération des enfants de parents immigrés, qui ont grandi en France. C'est l'émergence, au début des années 1980, d'une lecture culturelle et non plus seulement sociale de l'immigration. Les politiques culturelles, mises en oeuvre avec ou sans le ministère de la culture, se mettent alors au service de l'intégration, en reconnaissant la notion de pluralité des cultures. Au tournant des années 1990, les notions de représentation et de lutte contre les discriminations apparaissent dans les politiques culturelles, à travers notamment la promotion de la diversité dans les médias et la reconnaissance de la contribution des immigrés dans l'histoire nationale. En retraçant l'histoire des politiques culturelles en direction des immigrés, cet ouvrage souligne le chemin parcouru et l'évolution des mentalités.

  • Pour répondre aux enjeux de réduction des émissions de polluants et de gaz à effet de serre, tout en assurant le droit à la mobilité pour tous dans des conditions économiques acceptables pour la collectivité et le citoyen, il est primordial de dégager des solutions de transport performantes et alternatives à l'utilisation individuelle de la voiture particulière. Or une offre de nouveaux services à la mobilité (NSM) se développe et vient compléter l'offre traditionnelle de transports collectifs (TC) urbains et non urbains : covoiturage, autopartage, transport à la demande, vélos en libre service. Pris dans leur ensemble, ces multiples services émergents, qui sont performants et efficaces sous des conditions qu'il s'agit de bien cerner, concourent à constituer une offre de mobilité universelle, un service de « transport sans coutures ».
    À partir notamment des travaux de recherche financés dans le cadre du PREDIT par le ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (MEDDE) et l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME), ce sont ces nouveaux services à la mobilité qui sont ici présentés et analysés. Issu d'un travail collectif, cet ouvrage apporte des éclairages sur les NSM, leur définition, leur domaine de pertinence et les leviers pour les développer de manière intégrée. En transmettant les connaissances issues de la recherche ou acquises par l'expérience, il vient nourrir le dialogue entre chercheurs, secteur privé et décideurs publics pour le développement d'un nouveau modèle de mobilité.

  • La saisonnalité, tant au niveau de la production que la consommation, impacte de nombreuses filières agricoles, agroalimentaires et halieutiques. Malgré les importants enjeux économiques, sociaux et territoriaux dont elle est porteuse, son ampleur et ses effets s'avèrent difficiles à mesurer.
    Le CESE formule un ensemble de préconisations qui visent à la fois la sécurisation de l'activité des entreprises et des emplois des salariés marqués par la saisonnalité, grâce notamment à la diffusion d'initiatives locales fructueuses mais encore trop souvent isolées.

  • Cet ouvrage éclaire les relations complexes entre les réalités migratoires et la diversité des langues issues des migrations dans la société française. Il répond aux questionnements de notre société aujourd'hui : quelle est la situation du plurilinguisme en France et en Europe ? Comment penser l'apport de ces langues dans une tradition monolingue ? Des politiques publiques sont-elles mises en oeuvre en faveur de l'acquisition du français et du maintien des langues d'origine ? Chez les écrivains en exil, quelles relations se tissent dans l'écriture entre langue maternelle et langue d'accueil ?
    Cet ouvrage fait suite aux journées d'études annuelles, intitulées « Migrer d'une langue à l'autre ? », organisées conjointement depuis 2013 par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) et le Musée national de l'histoire de l'immigration.

  • Ce guide méthodologique est le fruit de l'action fédérative sur les " espaces logistiques et urbains " (ELU), qui sont des équipements destinés à recomposer les flux qui parcourent la ville par la mise en oeuvre de points de ruptures de charges. Son ambition est d'accompagner les institutionnels qui participent à la gestion de la ville ainsi que les professionnels qui contribuent à la desserte des zones denses, en leur apportant une méthode d'analyse, une estimation des moyens à engager, une méthode pour agir ainsi que des références. L'action de recherche et d'expérimentation à l'origine de ce guide s'inscrit dans le cadre du programme national " Marchandises en ville ", pour parfaire le savoir-faire dans un domaine trop longtemps négligé.
    />

empty